vendredi 25 mars 2016



L’HISTOIRE D’UNE HISTOIRE DE CHANSON
« SUR LES COLLINES DE MANDCHOURIE »
Cette chanson a été écrite et composée par Illia Alekseivitch CHATROV (1879 – 1952). Issu d’une famille de petite bourgeoisie Russe il recevra une solide et brillante formation musicale à Varsovie en territoire russe à cette époque. Il est engagé en 1904 – 1905 dans le conflit russo-japonais en Manchourie. En février 1905, Port-Arthur est encerclé par les japonais. Seuls sept hommes du 214°Morkhansky exterminé par les nippons survivront au massacre dont Illia A. CHATROV. Il composera "Sur les collines de Mandchourie" en 1906 et la dédie à ses camarades morts pendant ce conflit. Cette valse est un succès immédiat. Elle va se répandre comme trainée de poudre dans tout l'Empire Russe. Illa A. Chatrov n'est âgé que de 27 ans. Il décède en 1952 après avoir connu et participé à la 1° et 2° guerre mondiale.
« URGA » Le film réalisé par Nikita Mikhalkov
Gombo, jeune éleveur mongol, vit avec sa famille dans la steppe en parfaite harmonie avec la nature. Un jour Sergueï, employé d'une entreprise russe dans la ville la plus proche, tombe en panne avec son camion. Gombo l'accueille dans sa yourte. L'amitié va naître et s'installer entre ces deux hommes que tout sépare. Pagma, la femme de Gombo, redoute de tomber à nouveau enceinte et d'enfreindre la loi chinoise. Gombo va en ville pour se procurer des préservatifs.
Dans le night-club de la ville les deux amis boivent beaucoup. Sergueï, les larmes aux yeux, se met à chanter torse nu sur une ­valse mélancolique et demande aux musiciens de l’accompagner en suivant la partition tatouée sur son dos. Cette valse c’est « Sur les collines de Manchourie »
Au cœur de cette steppe qui est la sienne, le Mongol esquisse des pas de danse...
« URGA » L’outil des éleveurs Mongols
Le mot «Urga » est étrange pour un grand nombre de personnes. Pour les uns, ce n’est qu’une longue perche avec un nœud coulant au bout avec laquel les bergers mongols attrapent les bêtes, mais pour un homme qui vit durant des siècles dans la steppe, « Urga » c’est le symbole, de la solitude et du pouvoir sur cet espace sans fin qu’est la steppe.
On dit que dans cet espace sans fin et sans arbre, lorsqu’un couple désire s’isoler et se cacher pour s’aimer loin du groupe, il s’éloigne au loin et plante l’«Urga » pour indiquer aux autres sa présence.
La « Chanson » en général ne serait elle pas une sorte d’ «Urga » planté dans nos grands espaces vides pour indiquer que sous le signal visible se cache tout l’amour du monde. 

« LA VALSE OUBLIEE » 
 
 
 
Inspiré et racontant  la scène du bal dans le film « Urga » de Nikita Mikhalkov: Sergueï, « ivre, les yeux mouillés… » chante « Les collines de Mandchourie » Jean-François Salmon a écrit sur la musique « La valse oubliée » Cette chanson a été enregistrée sur l’album : « Bien peu de choses » en 2000.

 

Au fond d’un bal
D’une ville oubliée
Ville d’escale
Au vent balayée
Sous l’horizon glacé 
Et dans ce bal
Aux néons fatigués
Où l’air trimbale
Un goût trafiqué
De bière et de fumée 
Barque sans toile
Ivre, les yeux mouillés
Vers les étoiles
Bleues des piliers
Vlady voulait chanter 
La, la, la, la, la… 
En titubant
Sur le parquet mouillé
En exhibant
Son corps débraillé
Aux musiciens figés 
Sous les lampions
Vlady leur fit jouer
La partition
Sur son dos tatoué
De la valse oubliée 
Alors le bal
Se remit à danser
Toute la salle
Se mit à chanter
Cette valse oubliée 
La, la, la, la, la…
 

 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire