mercredi 10 septembre 2014

Quelques vers retrouvés ce soir...


 
UN MONDE IMPROBABLE (Jean-François Salmon)
 
On voyait des aveugles en marche vers l’abîme
Prisonniers d’un destin au sort inéluctable
Cherchant à s’échapper des mondes anonymes
Par la fenêtre ouverte sur un monde improbable

Ils s’étaient enivrés jusqu’à la déraison
D’amour désespérant qui ne jamais s’éteint
Avançant sur le fil tendu de l’horizon
D’un pas désordonné de sinistre pantin

La mort leur accordait au bord des précipices
La tendresse des anges et quelques libertés
Pour adoucir le goût de la lie du calice
Et leurs cris déchirants face à l’éternité

Aucun commentaire:

Publier un commentaire