mercredi 10 avril 2013


REFLEXIONS A PROPOS DE L’AEROPORT NOTRE-DAME DES LANDES 

Une question :  
Sommes-nous certains de la totale objectivité de « nos décideurs » en regard de la juste appréciation de l’opportunité d’un tel projet ?
Des années de responsabilités et de pratiques du pouvoir au sein des grandes Collectivités intégrant la prise en compte des ambitions et des contraintes sociales, économiques et culturelles ne vous enferment t’elles pas dans ce monde de responsables politiques et économiques de tous bords avançant dans le même sens, d’une manière homogène ? Ce même sens que nous appellerons celui du progrès, du développement, de la marche en avant et des ambitions forcenées de paternités. (conf. L’ouvrage de Jean-Claude Michéa : « Le complexe d'Orphée : la Gauche, les gens ordinaires et la religion du progrès, Climats, 2011»)
L’adhésion convaincue que l’on peut porter en tant que simple citoyen au projet politique de tel ou tel élu, Président de Département, de Région ou Maire de grande ville ne peut occulter la question essentielle qu’il est fondamental de se poser : Quelle serait l’opinion de ces même décideurs dans nos habits de simple citoyens ?
En inversant la réflexion, peut-on imaginer aujourd’hui qu’un Président de Région, de Département ou de Communauté Urbaine puisse brandir en toute sérénité l’étendard  de l’opposition à l’Aéroport de N-D des Landes ? Il lui faudrait bien du courage !
Qu’en pense-il, en réalité, au fond de lui-même ?
Les citoyens de notre Région, en particulier, n’ont pas tous un avis tranché sur la vaste question de l’Aéroport, mais tous ont un droit inaliénable de pouvoir exprimer leurs propres convictions et interrogations, et ce avec la certitude que leur statut de simple citoyen leur confère les meilleures conditions d’une véritable objectivité.
 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire