mardi 4 septembre 2012


Hélène, Jean-François et Nantes au cœur

Un piano, deux voix, la mémoire des lieux…Avec leur nouvel album, Hélène et Jean-François dessinent en chanson un portrait de ville aimée, aimante, mélancolique et douce.
 

Il y a un vrai souci avec Hélène et Jean-François. La longévité. Entendons-nous bien, pas question ici de s’immiscer dans leur vie privée pour faire état du temps qui passe, du poids des ans et la chronique intime de deux amants. Non ! Si de longévité il est question, c’est parce qu’ils durent en chanson.

   Prononcez leurs deux prénoms, un soir pour voir. Et vous aurez droit au couplet connu, entonné par les chalands qui passent l’été sur les quais à l’heure des Rendez-vous de l’Erdre. La péniche Lola, quai Henri Barbusse, les tricots marins, un hélicon parfois, l’accordéon toujours et un répertoire qui ne rime vraiment pas avec la programmation jazz-électro du moment.

   Quand la chanson à texte avait pignon sur l’eau

Poursuivez un peu, en traînant vos guêtres cette fois dans les rues sombres, étroites ou mal pavées ou dans les bistrots qui ont encore un peu de mémoire, comme la Perle, rue du Port au vin.

   Prenez un verre puis deux, puis trois. Et à coup sûr, vous referez le chemin avec des habitués qui vous diront dans un instant d’ébriété mélancolique, le temps du Bateau lavoir, quand sur l’Erdre, la chanson à texte avait pignon sur l’eau…

   Quand Jean Vasca, Colette Magny, Mélocoton, Bertin, Yvan Dautin, Boulevard des Batignoles….Et pourquoi pas Charles Dumont qui reprendrait pour une énième fois, crooner fatigué, au piano : Une chanson/C’est trois fois rien une chanson/ C’est du champagne un frisson/A quoi ça sert une chanson/Ça dure à peine une saison.

   Remontez ensuite la Loire jusqu’au Pont-de-Cé, histoire de changer d’air, et vous croiserez à chaque levée des riverains qui vous assureront les avoir vus passer en gabare ou en radeau avec un chapiteau au printemps et toute une bande de musiciens ou de copains…

   Tant et si bien qu’il est de bon ton de se lasser, de glisser d’un air désabusé qu’on connait la chanson, la petite blonde et l’ours à l’accordéon, la gouaille, Jolie môme et tout le tin-toin.

   Un premier 45 tours en 1972

Les faits sont là, encombrants comme le temps qui passe. Mais si d’aventure vous ntrouvez, place Viarme, ici, ailleurs ou quelque part, leur premier vinyle, un quarante-cinq tours de 1972, laissez-vous aller à la mélancolie d’Orlan, Fanny de Laninon, La complainte de Jean Quémeneur d’Henri Ansquer… et arpentez les plages et les sillons qui vous conduiront à Saint-Nazaire ou sur les marches de bois du passage Pommeraye avec La Chanson de Lola

   Quarante ans et des poussières après leur premier enregistrement, voici donc Hélène et Jean-François qui reviennent et refont le même chemin. Pas celui qui les a menés d’un cabaret à l’autre, mais celui qui jalonne leur vie en chanson et leur vie à Nantes. Avec un piano pour témoin et Frédéric Renaudin qui prend la mesure, discret, élégant, subtil…Ils alignent sur fonds lilas seize titres qui finissent par dire La Loire est toujours là.

   Mais, ce n’est pas pour la banalité de ce constat qu’il faut écouter A Nantes, ce dernier album. C’est pour écouter battre le pouls de leur ville. A leur manière, leur duo illustre les mots de Julien Gracq qu’on n’en finit plus de citer : « La forme d’une ville change plus vite, hélas, que le cœur d’un mortel. »

   Eux, ils ont gardé au cœur une ville qui n’existe plus. Une ville peuplée de fantômes, du temps de l’Ancienne poste, rue du Couëdic, là où coule une fontaine maintenant. Ou encore le long des quais à ferraille, au coin des entrepôts, des poulets grillés portugais du Saint-Domingue, des bars d’écluse où on éclusait, de la Crêperie jaune et des pavés nantais…Bref du temps des ombres.

   Interrogé il y a peu de temps sur cette mélancolie et cette ville évanouie, Jean-François disait au téléphone : « Sur ce dernier disque qui reprend trente ans de notre histoire, une chanson répond à cela. C’est Parfum de ville. J’y parle des parfums d’enfance, le sucre, les gâteaux , le mer…Dans un dernier couplet j’écris : Nos villes sont éprises/D’une folle jouvence/En oubliant les traces/Des chemins d’écoliers/La mienne n’est plus grise/Mais où est mon enfance/Dans ce vent qui efface/Nos parfums oubliés.

                                                                                  Yves Aumont – Ouest-France 10 06 2012
 
 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire